Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Impunité au Burkina Faso

L’année dernière au Burkina Faso, le procès de l’ex-président Blaise Compaoré et de 32 anciens ministres devant la Haute Cour de justice a été repoussé à plusieurs reprises. En juin, la procédure a été temporairement suspendue par le Conseil constitutionnel. Blaise Compaoré était inculpé de faits de coups et blessures volontaires, de complicité de coups et blessures, d’assassinats et de complicité d’assassinat dans le cadre des manifestations d’octobre 2014. L’ex-président et son ancien chef de la sécurité, Hyacinthe Kafando, étaient toujours sous le coup d’un mandat d’arrêt international. En mai, un mandat d’arrêt international a été décerné à l’encontre de François Compaoré, frère de Blaise Compaoré, en lien avec le meurtre du journaliste d’investigation Norbert Zongo en décembre 1998. François Compaoré a été placé sous contrôle judiciaire en France, son pays de résidence, dans l’attente d’une décision sur son éventuelle extradition au Burkina Faso. Quatorze personnes devaient être jugées pour le meurtre de l’ancien président Thomas Sankara ; trois d’entre elles étaient toujours en détention. Les résultats d’une enquête sur la tentative de coup d’État de septembre 2015 ont été remis à la chambre d’accusation pour qu’elle rende sa décision en octobre ; au moins 106 personnes, parmi lesquelles 40 civils, dont un étranger, ont été inculpées d’attentat contre la sûreté de l’État, de crimes contre l’humanité et de meurtre, entre autres chefs d’accusation. Plus de 20 d’entre elles se trouvaient toujours derrière les barreaux à la fin de l’année. Le général Djibril Bassolé est sorti de prison en octobre et a été placé en résidence surveillée. En décembre, le Groupe de travail sur la détention arbitraire de l’ONU a appelé à sa libération.

Les commentaires sont fermés.